Nancy, 1592 ; Nancy, 1635

H. 36 cm ; l. 46,6 cm

M0536_61.9.1

La Tentation de saint Antoine est une des créations les plus spectaculaires de l’œuvre de Jacques Callot. L’artiste réalise une première version en 1617 à Florence et complète une des deux épreuves d’essai connues par un lavis de bistre. Il ne s’inspire que partiellement de cette première version en 1635 lorsqu’il grave à nouveau ce sujet à Nancy. À la manière d’une représentation théâtrale, Jacques Callot livre une composition puissante et sévère : le diable sorti de l’Enfer et crachant du feu domine saint Antoine, représenté de manière minuscule, cerné par les ruines. Ironie et fantaisie presque burlesque émanent de la scène, entre animaux fantastiques et autres bizarreries. Cette estampe illustre également la thématique de la copie gravée. En effet, La tentation de saint Antoine a été copiée plus d’une dizaine de fois par les contemporains de Callot, puis aux XVIIIe et XIXe siècles.

The Temptation of St Anthony is one of the most spectacular works by Jacques Callot. The artist produced the first version in Florence in 1617 and added a bistre wash to one of the two known proof prints. He was only partially inspired by this first version when he etched the subject again in Nancy in 1635. Jacques Callot delivers a powerful and stern composition reminiscent of a theatrical performance: the devil has emerged from Hell spitting fire and is looming over St Anthony, depicted in miniature and surrounded by ruins. The scene exudes irony and a quasi-burlesque element of fantasy, with its fantastical animals and other oddities. This print also illustrates the practice of copying etchings. The Temptation of St Anthony was copied over a dozen times by contemporaries of Callot, and then again in the 18th and 19th centuries.