Quimper, 1926 ;

1972

H. 190 cm ; l. 118 cm

M0536_83.7.1

Jacques Villeglé appartient à la génération d’artistes de l’après-guerre qui ont relevé l’héritage de Duchamp par une approche critique et sociologique de l’Art qui caractérise notamment le mouvement des Nouveaux réalistes dont fait partie Villeglé dès 1960. L’artiste prend possession de l’univers urbain à travers la collecte des affiches dans les rues et choisit des morceaux d’affiches déchirées qui laissent entrevoir les différentes épaisseurs dans leurs superpositions. Le geste artistique s’exprime uniquement dans la récupération de l’affiche : les lacérations sont faites par les gens de la rue derrière lesquels Jacques Villeglé s’efface. Ce releveur d’empreintes collectives révèle l’évolution des mentalités urbaines. L’artiste a établi des séries typologiques par origine, thématiques et périodes. L’arrachage par des mains anonymes découvre ici une affiche de cinéma sur un Lacéré prélevé dans le quartier des Buttes-Chaumont où apparaissent les noms d’Orson Welles et d’Alain Delon. Avec ce procédé, Jacques Villeglé capture des images urbaines qui ont autant valeur documentaire que sociologique.