Rotterdam, 1636 ; (?) , 1684

H. 156,5 cm ; l. 195 cm (sans cadre) ; H. 182,5 cm ; l. 221 cm (avec cadre)

M0536_L.I.24

Cette œuvre, illustrant un passage du "Décaméron" de Boccace (XIVe siècle), est l’une des deux seules toiles signées de Dullaert connues à ce jour. On sait peu de chose sur cet élève de Rembrandt, également poète et dont la carrière semble avoir duré une trentaine d’années. Influencé par différents styles, à commencer par celui de son maître, il peint ici à la manière du peintre allemand Caspard Netscher, avec de larges personnages placés devant un paysage peu détaillé, et une maîtrise exceptionnelle du rendu satiné des vêtements.

Cette scène illustre un moment précis du "Décaméron" de Boccace, où Éphigène découvre qu’elle a été observée dans son sommeil par Cimon, un jeune homme beau et riche mais inculte et stupide. Cimon tombe amoureux de la jeune fille mais est repoussé. Son amour l’incite à se cultiver et à apprendre les bonnes manières pour pouvoir lui faire sa cour et l’épouser. La morale de ce conte établit que les deux parties d’un couple ne doivent pas être trop éloignées : le couple mal assorti est ridicule et la société admet difficilement les mésalliances.

This scene illustrates a specific moment in Boccaccio’s Decameron when Iphigenia finds out that she has been watched during her sleep by Cymon, a young man who is handsome and wealthy but uneducated and stupid. Cymon falls in love with the young woman but is rebuffed. His love spurs him to educate himself and learn good manners, so that he can court and marry her. The moral of this tale is that the two members of a couple must not be too far removed from one another: an ill-matched couple is ridiculous, and society is not well disposed towards mismatches.