Saint-Etienne, 1947 ;

1990

H. 120 cm ; l. 120 cm (avec cadre)

M0536_2001.2.1

Cette œuvre fait partie d’une série de tirages photographiques réalisée par l’artiste ORLAN et intitulée Madones au garage. Comme à son habitude, l’artiste se met elle-même en scène, ici dans des vêtements et des attitudes évoquant la Vierge Marie. Ce travail fait écho à une autre série de photographies réalisées dans les années 1980, réunies sous le titre Les Vierges baroques. L’artiste a été directement inspirée par les sculptures du Bernin et le courant baroque : elle reprend notamment les thèmes de l’élévation et de l’illumination. Cette photographie rappelle le goût d’ORLAN pour l’ironie et la transgression, le tout avec une certaine forme d’humour. ORLAN utilise en effet son corps comme support de création, allant jusqu’à effectuer des opérations de chirurgie. Cette pratique est liée chez elle à une réflexion sur la maîtrise du corps, sur l’identité féminine, ainsi que sur la dénonciation de la représentation normée de la femme.

This piece is part of a series of photographs by artist ORLAN, titled Madonnas at the Garage. As is her habit, the artist has put herself in the scene. Here, her clothing and expression evoke the Virgin Mary. The series is reminiscent of another series of photographs taken in the 1980s titled Baroque Virgins. The artist was directly influenced by Bernin’s sculptures and the baroque style. In particular, she conjugates themes of elevation and illumination. This photograph is an example of ORLAN’s taste for irony and transgression, presented in her sense of humour. ORLAN uses her body as a prop in her creations, going so far as to undergo surgical operations. For her, such practices are linked to reflections on the body, female identity, and on critiquing normative representations of womanhood.