Epinal, 1799 ; Orléans, 1871

1823

H. 22,8 cm ; l. 28,5 cm (sans cadre)

M0536_C.257

Contrairement au dessin d’Édouard Bertin qui montre une colline très dense et arborée, cette composition laisse entrevoir un chemin parmi les roches et la forêt. Bien que moins abouti, ce dessin d’après nature laisse entrevoir une nature dominante et escarpée. Excursion prisée des curistes, la Vallée des Roches est l’itinéraire le plus courant pour se rendre à l’ancien prieuré d’Hérival depuis Plombières. L’emploi du graphite apporte une texture veloutée, presque poudrée et diffuse, est particulièrement pertinent dans le rendu de l’atmosphère propre à la vallée des Roches, où légendes et animaux sauvages côtoient la forêt dominante et mystérieuse.