H. 42 cm ; l. 47 cm (fragment 1) ; H. 42 cm ; l. 47 cm (fragment 2) ; H. 55 cm ; l. 95 cm (fragment 3) ; H. 55 cm ; l. 109 cm (fragment 4)

M0536_2013.0.216

Cette mosaïque a été découverte en 1830 à Liffol-le-Grand sur le site d’une importante villa gallo-romaine implantée dans un vallon où coule un ruisseau. Les prospections géophysiques réalisées récemment ont révélé la présence d’une vaste cour rectangulaire bordée de bâtiments agricoles - la pars rustica - et, à son extrémité, la partie résidentielle dénommée pars urbana. Ce pavement ornait vraisemblablement les thermes de la demeure du maître de ce domaine agricole, sans exclure qu’il ait pu orner une salle de réception. Cette mosaïque s’organisait à l’origine autour de quatre canthares (vases à anses) dont seul un exemplaire est conservé. Des dauphins et des monstres marins ou des hippocampes les encadraient. Enfin, des canards et des poissons étaient placés dans les angles. Cette mosaïque se développait à l’origine autour d’un motif central constitué notamment de plaques de marbre géométriques (opus sectile). La présence de tesselles de petites dimensions, ainsi que la large palette de couleurs utilisée, témoignent de l’aisance du commanditaire de cette mosaïque. Fréquentes en Italie romaine, les frises marines sont extrêmement rares dans l’est de la Gaule.

This mosaic was discovered in 1830 in Liffol-le-Grand at the site of an important Gallo-Roman villa located by a stream at the base of a small valley. Recent geophysical searches have revealed the presence of a vast rectangular zone lined with farming buildings - par rustica - and, at its far side, a residential area known as the pars urbana. The ornamental tiling likely decorated the baths in the residence of this farming estate’s landowner. It also may have been featured in a reception hall. The mosaic was originally organised around four canthari (curved vases), of which only one remains. Dolphins, sea monsters, and sea horses frame the mosaic, and ducks and fish were placed in the corners. The mosaic originally presented a central motif made up of geometric marble sheets (opus sectile). The presence of small tesserae and the large palette of colours testify to the wealth of the person who commissioned this mosaic. Friezes of marine life, although common in Roman Italy, were extremely rare in eastern Gaul.