Épinal, 1702 ; Épinal, 1781

H. 4,5 cm ; D. 38,5 cm ; VOLUM. 0,0052

M0536_L.IV.E.111

Ce grand plat circulaire porte sur l'aile le poinçon de Claude-Antoine Durand, potier d'étain spinalien également connu par sa production d'aiguières et d'écuelles. Son décor gravé particulièrement remarquable n'a aucun équivalent dans la production lorraine conservée. Le fond est orné des armes du duc de Lorraine (s'agirait-il de Léopold Ier, duc de 1697 à 1729 ?), curieusement pourvues de l'Ordre du Saint-Esprit. L'aile est embellie de scènes illustrant la vie à la campagne, notamment la chasse, ainsi que des initiales du propriétaire (DI). Détail insolite, le revers montre que le graveur s'est d'abord exercé à représenter un animal avant de l'exécuter sur la face principale. ; Le musée départemental conserve une écuelle portant également le poinçon de Durand (une fleur de lys couronnée entourée des initiales CAD), mais dont le couvercle original a été remplacé par un modèle réalisé par Jean-Nicolas Matrel (1661-1743), potier d'étain de Remiremont. (Bertrand Bergbauer, 2016) ;

The side of this long circular dish is stamped Claude-Antoine Durand, a pewter artist from Épinal who was also known for his ewers and platters. His engraving style is remarkable and is unparalleled among what has been preserved from the Lorraine region. The bottom is decorated with the Duke of Lorraine’s coat of arms (Leopold I, duke from 1697-1729?), which curiously references the Order of the Knights of the Holy Spirit. The side features scenes of country life, particularly of hunting, as well as the initials of the owner (DI). An unusual detail: the back shows a practice engraving of an animal, which was then reproduced by the artist on the main side. ; The museum’s collection also includes a platter with the same Durand stamp (a Fleur de Lys surrounded by the initials CAD), but the original cover has been replaced by another version made by Jean-Nicolas Matrel (1661-1743), a pewter artist from Remiremont. (Bertrand Bergbauer, 2016 ; traduit par François Michon, CultureConnection) ;