PENSEE : Epinal, 1799 ; Orléans, 1871 JOLLOIS : Brienon l'Archevêque, 1776 ; Paris, 1842

1820

H. 50 cm ; l. 38,3 cm (sans cadre)

M0536_2013.0.221

Les recherches archéologiques dans la commune de Bleurville ont débuté, dès 1818, sur l’impulsion des habitants désireux de découvrir des sources d’eaux chaudes que la tradition orale situait sous la place publique du village. Une source d’eau froide est découverte effectivement à cet endroit, ainsi que les murs d’un bassin. Les fouilles réalisées en 1819 démontrent qu'il s'agit d'un complexe thermal disposant d'un système de chauffage par le sol, comme c'est souvent le cas pour les bains gallo-romains. Selon Jean-Baptiste Prosper Jollois, le bassin était destiné au bain froid (frigidarium) tandis que l’étude servait de « salle à suer » (laconium). Un autre bassin est mis au jour en 1857 et, en 1887, deux sculptures : un lion et une stèle funéraire à deux personnages.