verre ; © (c) MDAAC Epinal, cliché Claude Philippot
verre
Additional information
© (c) MDAAC Epinal, cliché Claude Philippot

Au sortir de la Révolution, le mariage devient, par la loi du 20 septembre 1792, un contrat laïc établi entre les deux époux, qui protège notamment leurs intérêts patrimoniaux. Il précède désormais la cérémonie religieuse, voire s’y substitue. Confortée par le Code civil de 1804, cette disposition législative encourage la nuptialité qui s’accroît jusqu’au dernier quart du XIXe siècle, tant en ville que dans les campagnes françaises. Le mariage répond ainsi à un rituel bien codifié : la publication des bans sur les portes de la mairie précède l’officialisation du consentement des deux mariés recueilli par l’officier d’état civil. Se déroule ensuite la cérémonie religieuse, avant le repas de noces, clôturant de manière festive cette tradition devenue sociétale.

Au-delà du rite symbolique, le mariage d’amour devient la « grande affaire de la vie ». La diffusion des procédés photographiques à partir du milieu du XIXe siècle fige l’image du couple conjugal. Sans minimiser sa dimension officielle, le mariage et ses préparatifs répondent également à des coutumes locales ancrées dans la vie de la communauté : veillées, valentinages et bals précédent la rencontre avec la famille de la mariée, la remise de présents et les « accordailles » avant la formalisation de l’union.

Coffre de mariage
Coffre de mariage | Coffre de mariage
verre
verre | verre
éventail
éventail | éventail
Miroir tryptique de mariage
Miroir tryptique de mariage | Miroir tryptique de mariage
Bal dans une grande à Rupt-sur-Moselle
Bal dans une grange à Rupt-sur-Moselle | Bal dans une grange à Rupt-sur-Moselle