H. 188 cm ; l. 76,5 cm ; P. 37 cm ; VOLUM. 0,5321

M0536_V.II.82

Le mariage, durant l’Antiquité, n’est pas en premier lieu une affaire d’amour. Les auteurs insistent toutefois sur la nécessité d’une bonne entente conjugale, la concordia, souvent représentée sur les monuments funéraires. Elle est généralement symbolisée par la jonction des deux mains droites, dextrarum junctio, comme c’est le cas sur cette stèle. Renvoyant à une des étapes du mariage romain, ce geste affirme une harmonie et une loyauté voulues par les deux époux. La femme complète ce geste en posant sa main gauche sur l’épaule de son mari, attitude féminine protectrice.

In ancient times, marriage was not primarily a matter of love. However, writers stressed the need for good marital harmony, or concordia, which is often represented on funerary monuments. It is generally symbolised by the joining of two right hands, dextrarum junctio, as on this stele. This gesture, which refers to one of the stages of a Roman marriage, affirms the harmony and loyalty desired by both spouses. The woman adds to this gesture by placing her left hand on her husband’s shoulder, a protective female attitude.