Tournus, 1725 ; Paris, 1805

H. 29 cm ; l. 24 cm (sans cadre) ; H. 51,5 cm ; l. 46,1 cm ; P. 3 cm ; VOLUM. 0,0071 (avec cadre)

M0536_D.1920.34

" Coiffé d'un bonnet de nuit, enveloppé dans une robe de chambe, un mouchoir de cou protégeant sa gorge, ses chaussons aux pieds et des bas mal tirés, le malade se redresse sur son fauteuil et lève le bras dans un geste d'accueil ou d'étonnement. La vêture et l'attitude théâtrale avaient conduit Charles Oulmont à pousser un peu plus loin l'identification du personnage, en proposant d'y voir directement le malade imaginaire de Molière. Si l'on a parfois qualifié Greuze de "Molière de la peinture" pour son talent à dépeindre les moeurs de son temps, rien, semble-t-il, ne permet de soutenir une telle identification. [...]" (Delaplanche, 2007)