L’Incendie de Sodome
L’Incendie de Sodome
Bruxelles, 1568 ; Anvers, 1625

H. 20,3 cm ; l. 23 cm (sans cadre)

M0536_L.I.13

La ville de Sodome, lieu de tous les péchés, est détruite par la colère divine (Genèse, 19). Au premier plan, Loth et ses filles ont été épargnés. Les filles de Loth s’apprêtent à l’enivrer, avant de se livrer à l’inceste pour assurer leur descendance. La femme de Loth, trop curieuse, a été transformée en statue de sel, qu’on aperçoit au second plan. L’interdiction de se retourner, que l’on retrouve chez Virgile et Ovide, symbolise sans doute la confiance que l’homme est exhorté à avoir vis-à-vis des actions divines.

Loth est non loin de la ville de Sodome, que la justice divine est en train de détruire par le feu. Déjà enivré, le prophète est représenté au moment où il s’apprête à avoir des relations charnelles avec ses filles. Ce double inceste illustre la sanction à laquelle une sexualité désordonnée mène le couple : la descendance engendrée par les filles de Loth suite à l’exécution de leur dessein, les peuples des Moabites et des Ammonites, est par la suite ennemie d’Israël et considérée comme impure. Selon ce récit, une conception impure transmet son caractère vicié aux générations suivantes.

Lot is not far from the city of Sodom, which divine justice is destroying with fire. Already drunk, the prophet is shown at the moment when he is preparing to have sex with his daughters. This double incest illustrates the punishment that is inflicted on a couple for sexual immorality: the offspring to whom Lot’s daughters give birth after they carry out their plan, the Moabites and the Ammonites, subsequently become enemies of Israel and are regarded as impure. According to this story, impure conception passes on its tainted nature to the following generations.